Un autographe de Napoléon après la bataille d’Eylau (1807)

Notre galerie propose actuellement une lettre très intéressante de l’empereur Napoléon Ier. Écrite le 2 mars 1807, d’Osterode (Ostróda en Pologne), quelques jours seulement après la sanglante bataille d’Eylau (8 février 1807), cette lettre est tout à fait représentative du caractère de Napoléon Ier ; à savoir, nerveux, autoritaire et fin stratège. Nerveux surtout car l’Empereur après sa victorieuse campagne en Prusse à l’automne 1806, et malgré sa victoire à Eylau, ne triomphe pas totalement de ses adversaires russes. Il faudra attendre seulement la bataille de Friedland en juin 1807 pour que Napoléon puisse asseoir et son hégémonie et sa volonté (ce qui débouchera sur le traité de Tilsitt en juillet 1807 et à la fin de la quatrième coalition européenne).

Dans cette lettre écrite au général Jean-François Aimé Dejean (1749-1824), qui sera fait comte de l’Empire l’année suivante, Napoléon dicte sa décision : « Monsieur Dejean, je reçois votre rapport par lequel vous concluez que l’armée doit avoir plus de fusils que d’hommes. Sans doute, si elle n’en avait pas consommé, une bataille comme celle d’Austerlitz coûte au moins 12000 fusils, de grande marches en coûtent aussi. Jugez. Vous pouvez aisément juger des nombres qu’on en a perdu depuis deux ans, ce n’est pas exagéré que de les porter à soixante mille. Sans les fusils autrichiens et saxons, le France aurait du en fournir bien davantage. .. »

La lettre est écrite par Claude-François de Méneval (1778-1850) qui fut le secrétaire et plus proche collaborateur de Napoléon entre 1802 et 1813. L’Empereur signe la lettre d »un « Napol ». Cet autographe de napoléon est disponible à notre catalogue.