L’Armoire de fer des Archives nationales : les trésors de l’histoire de France.

C’est aux Archives nationales françaises, aux Grands dépôts, que se trouve l’une des plus grandes collections de documents autographes ayant attrait à l’histoire de la France. Cette collection est renfermée dans un coffre baptisé « L’Armoire de fer ». 

L’Armoire fer ouverte, renfermant les plus importants documents et objets de l’histoire de France

Celle-ci à été fabriquée en pleine Révolution sur décision de l’assemblée constituante. Le projet a été motivé par un homme : Armand Gaston Camus (1740-1804), député du Tiers-Etats pour Paris avec Bailly et Guillotin et un des rédacteurs de la Constitution civile du clergé. Nommé en août 1789 archiviste de l’Assemblée constituante, Camus est à l’origine de la création des archives nationales. 

Le 30 novembre 1790, l’Assemblée constituante décide donc de la fabrication d’un coffre-fort destiné à mettre à l’abri les planches et le matériel à fabriquer des assignats (afin d’éviter les fraudes et les contre-façons). Ce coffre dit « armoire de fer » est réalisé par le serrurier Marguerit à partir des dessins de l’architecte Paris. 

Dans un premier temps, l’armoire est entreposée dans l’ancien couvent des Capucines. Rapidement, les constituants décident d’y entreposer les actes législatifs les plus importants (actes constitutionnels, décrets, lois, minutes…). En 1793, l’armoire est transférée aux Tuileries avant d’être définitivement installée à l’hôtel de Soubise en 1848 (en 1808, Napoléon Ier avait décidé d’affecter l’hôtel de Soubise aux archives impériales). En 1866, l’armoire fait place dans la salle du trésor des chartes, au sein des nouveaux dépôts décidés par Napoléon III.

Cette armoire de fer est réputée indestructible et inviolable (son ouverture s’articule autour de 6 molettes capable chacune d’encoder 26 lettres de l’alphabet, et donc de démultiplier les combinaisons. Aussi, elle dispose de clés uniques à 4 tours ouvragées dans la masse de l’acier sans la moindre soudure) . Elle est constituée de deux imposants caissons métalliques emboîtés de 2,60 m sur 2,60m. Trois clefs sont nécessaires pour l’ouvrir. À l’origine, ces clefs étaient confiées au président de l’Assemblée, son secrétaire et à son archiviste. 

Les documents du musée des Archives nationales sont aujourd’hui répartis en cinq sous-séries. La première nommée « AE1 » ne concerne que l’Armoire de fer et renferme « les documents et objets le plus prestigieux des Archives nationales ». Quels sont ces trésors ? 

L’Armoire de fer fermée, au sein de la salle des Grands dépôts

On y trouve tout d’abord touts les originaux des constitutions de la France depuis 1791 jusqu’à nos jours. Ensuite les documents autographes, les manuscrits, les imprimés dont la valeur historique est incommensurable : La déclaration des droits de l’homme, Le journal de Louis XVI, la Gazette des Atours de Marie-Antoinette, la dernière lettre de Marie-Antoinette avant de mourir, le Serment du Jeu de Paume, le testament de Louis XIV et de Louis XVI, le testament de Napoléon Ier, la ratification du traité de paix d’Amiens en 1527 par Henri VIII roi d’Angleterre, le sénatus-consulte du 15 thermidor an X (3 août 1802) proclamant Napoléon Bonaparte consul à vie, etc. On y trouve aussi des objets tels que les clefs de la Bastille, le mètre et le kilogramme étalons en platine, etc. 

Cette armoire, plus que bi-centenaire, a été restaurée durant l’été 2019. Son système de serrurerie avait subi les affres du temps et des manipulations. Je laisse ci-dessous un lien vers une vidéo de présentation de cette prestigieuse armoire pour ceux qui aimeraient en savoir plus.

La présentation de l’Armoire de fer par les Archives nationales.