J’Accuse ! : le manuscrit autographe d’Emile Zola.

Le manuscrit autographe de la célèbre lettre-manifeste d’Émile Zola se trouve aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit d’un manuscrit de 39 pages accompagné d’une enveloppe sur laquelle l’écrivain avait écrit « Manuscrit de ma lettre à M. Faure ».

Depuis sa rédaction, le Manuscrit de J’Accuse était resté dans la famille avant que l’arrière petite-fille d’Émile Zola ne se décide en 1987 à le vendre aux enchères. Compte tenu de l’importance de ce texte, un des plus célèbres de l’histoire politique française, le ministre de la Culture de l’époque, François Léotard, s’était opposé à cette vente. Grâce à une importante levée de fonds du Ministère, la Bibliothèque nationale s’en était portée acquéreur en 1991. 

Pout tous ceux qui souhaiterait  néanmoins posséder un document lié à ce texte, on peut encore trouver aux catalogues des salles de vente ou chez les marchands, l’édition originale du journal L’Aurore dans lequel était paru ce manifeste (13 janvier 1898). J’Accuse était paru sur six colonnes à la une et son titre (inspiré à Zola par Georges Clemenceau) saute aux yeux du lecteur, étalé en grand avec ces trois énormes point de suspension. Comme le relate Charles Péguy, « le choc fut si extraordinaire que Paris faillit se retourner ». 300.000 exemplaires furent écoulés en quelques heures. À propos de ce texte, Jules Guesde déclara qu’il était « l’acte le plus révolutionnaire du siècle ». 

À titre d’information, cette édition originale de L’Aurore avait été proposée lors de la vente de la bibliothèque de Dominique de Villepin en novembre 2013 chez Pierre Bergé. Le lot (remarquablement bien conservé ) avait été estimé 6.000 / 8.000 € (il ne trouva pas preneur). En mars 2018, chez Ader, un exemplaire avait été adjugé à 5250 €. 

La une du journal L’Aurore du 13 janvier 1898

Retrouver nos lettres autographes d’Emile Zola sur le site de notre Galerie.